Registres de Lillers: Baptêmes 1633-1671, Décès 1675-1694

divider.gif

Page Principale

  1. Baptêmes 1633-1649
  2. Baptêmes 1650-1671
  3. Décès 1675-1694

Liens à visiter:  Lillers:Site-NordMag    Mairie-de-Lillers

armes de lillers



collegiale St-Omer
La collégiale Saint-Omer




la maison de l'argentier (1631)
Maison de l'Argentier (1631)

ORIGINE DU NOM

  • Avant que le nom devienne ce qu'il est de nos jours, son écriture change au cours des siècles.


  • Son origine est tout à fait inconnue. On songe à "LILIA" soeur de Lugle et Luglien dont les reliques ont été conservées à Lillers, mais cela parait un peu fantaisiste. Une explication scientifique semble plus logique. Le suffixe est "LAER", "LEER", "LEERS": pâturage, suffixe commun qui figure dans d'autres villages de la région, tels que "Canlers", "Roulers". Le radical est celui de "LILLE", qui est, selon Krekkinger, le mot "LEDE": conduit, cours d'eau. Or l'on sait l'importance qu'a eu ce cours d'eau, appelé la "NAVE" dans l'histoire de Lillers.


  • On a retrouvé de nombreuses écritures diverses.


  • LILIRS (1114) LILERIUM (1145) LILLEIRS (1147) LILEIRUM (1156) LILIRIUM (1160)
    LILLERIUM (1186) DE LILLERIO (1190) DE LILERIIS (1192) LILEIRSE (1192) LILLERS (1193)
    LILIERS (1199) LYLERS (1209) LYLERISE (1210) LILLERAE (1239) LILLERIAE (1243)
    LILEIRS (1278) LILLERS (1310) LISLERS (1333) LYLLERS (1404) LILLERES (1507)


  • Au cours du XVIème, le seigneur de la ville décida d'adopter l'écriture qui avait déjà paru en 1310, pour couper court à toutes ces divergences.


  • HISTORIQUE DE LILLERS

    Epoque Romaine et Invasions Normandes

  • A lépoque Gallo-romaine des maisonnettes de bois, rondes et recouvertes de feuillages, garnissaient la lisière de la forêt de "SALTUS BUSNETI" (cf. commentaires de Jules César et Strabon, La Guerre des Gaules.). Ces humbles demeures furent détruites par les Vandales au commencement du Vième siècle.


  • En 696,deux Irlandais, les frères Lugle et Luglien, se rendant à ROME en pélerinage, furent assassiné à FERFAY, par le seigneur du pays. Leurs corps furent, plus ou moins, miraculeusement transportés au pied du ""MONT d"HURIONVILLE", où une église fut bâtie. Des maisonnettes se serrèrent autour d'elle, et la crainte des invasions normandes, fit entourer le tout de murs de défense. Il faut donc trouver l'origine de LILLERS, dans le hameau de HURIONVILLE, ("HERRONVILLA", en teuton: Bourg des Seigneurs).


  • Quelques temps plus tard, les destructions normandes firent que les rescapés, sans doute, se réfugièrent dans une sorte d'ile au milieu des marais. C'est cet endroit qui devint LILLERS. Certains auteurs voient dans ce nom une déformation de LILLIA, nom de la soeur des Saints Martyrs, Lugle et Luglien.


  • Moyen-âge. Eglise de Lillers

  • L'église fut fondée en 1045, par le seigneur du lieu, un certain WENEMART, ou WINEMAR, et dédiée à Saint OMER, un des évangélisateurs de la contrée. C'est le plus vaste et le plus complet ensemble roman de la région du Nord. La pièce la plus remarquable, qu'il contient est un Christ roman, en bois de chêne, aux lignes raides et allongées, volontairement naïf. Il n'est pas sans rappeler la statuaire bysantine. Il fut sans doute sculpté au cours de la première moitié du 12ème siècle. Il est appelé "du saint sang de miracle", et non des "cinq cent miracles", comme il est dit par déformation.


  • A la hauteur de la cuisse droite, un trou rond était reconvert d'un cristal. Le Christ aurait été frappé par un soudard, ou un émeutier, et une éffusion de sang se serait produite, ce dans le cours du 12ème siècle. Le Comte de Flandre, Louis de Nevers, et Jeanne de Valois, femme du comte de Hainaut, et soeur du Roi de France, Philippe VI (14ème siècle), vinrent faire leurs dévotions au Christ du ":Benoit sanc". En conséquence, la tradition, qui veut qu'un soldat huguenot du XVIème siècle, ait porté le coup, n'est qu'une légende.


  • Seigneurs de Lillers

  • Au XIIème siècle, LILLERS appartient à la famille de WAVRIN. Un des WAWRIN fit le voyage de Jérusalem avec les Croisés. La famille appartenait au Comte de Flandre, mais au 14ème siècle, une autre branche de la famille comptait un Maréchal de France, qui toute sa vie a guerroyé contre les Anglais († en 1360);


  • Au 15ème siècle, la ville par mariage, passa dans la famille de CROY. Un membre de cette famille fut chevalier de la Toison d'Or; un autre, parrain de Charles QUINT. Il avait épousé une d'ALBRET, et les seigneurs de LILLERS auraient pu se dire parents d'Henri IV.


  • Puis, par voie de vente, la ville passe dans la famille de CARNIN, et sous, Louis XV, la ville est érigée en "marquisat". Mais en 1773, la terre de LILLERS, échappait à cette famille (pour dettes!), et était acquise par Messire LEDUC, gentilhomme ordinaire du Roi, qui fut jugé de trop récente noblesse pour entrer aux Etats d'Artois. Entre temps. François 1er avait fait brûlet et piller la ville en 1537. Puis ce fût le tour du Duc de VENDOME en 1542. LILLERS avait le malheur de se trouver sur les terres "tampon", entre la France et l'Empire d'Autriche.


  • l'époque espagnole

  • 1633, le roi de France se venge sur l'Artois suite aux incursions espagnoles et au pillage infligé aux territoires français. Plus de 330 villages d'Artois sont mis à sac et brulés.


  • 1635-1636, l'épidémie de la Peste frappe la région pendant plus d'un an.


  • 1643, siège de Lillers par les Français. Les registres de l'église contiennent des naissances appartenant à des soldats des régiments de Lorraine, de Tournay, d'Allemagne, de Basconie (Pays-Basque)


  • 1645, retour à la France

  • Au 17ème siècle, plusieurs fois, la ville est prise, perdue, reprise par les Français sur les "Impériaux". Enfin, en 1645, le duc de Guise donne définitivement LILLERS, à la France: la terre du "Bas-Pays", est riche et convoitée, et Lillers en était une des portes.


  • Et de nouveau LILLERS, connaitra la guerre en 1710-1711. Près de 25 percent de la population d'Artois et de Flandre périt durant le terrible hiver de 1710, du froid et de la famine.


  • En 1739, autre fléau: le feu ayant pris dans une maison "couverte de paille", réduit en cendres 96 maisons. Un autre problème, que l'on retrouve tout au long de l'histoire de notre ville, est le problème du "curement" des fossés, ruisseaux et rivières. Problème encore actuel.


  • Statue de la Vierge en Bois

  • Au 18ème siècle, encore est reconstruite la chapelle "Notre-Dame de la Miséricorde", qui renfermait uen petite vierge en bois du 17ème siècle. Il existerait à MEKNES au Maroc, une réplique de cette statue (nettement plus grande), dite "Notre-Dames des Oliviers". Les Meknassis attribuent cette sculpture à un esclave chrétien du Sultan MOULAY ISMAEL, le premier monarque marocain à avoir établi des relations diplomatiques avec Louis XIV. La facture de la statue Lilleroise, est un peu naive. Problème: Laquelle est la réplique de l'autre.


  • La Révolution

  • Pendant la révolution, la Société Populaire locale voulut faire vendre la Chapelle "Notre-Dame". Dès que le bruit s'en répandit, des femmes se rassemblèrent devant l'édifice, et déclarèrent fermement, "Si ce grand . . . vient, nous le tuerons". Le Maire Jacobin, très modéré, arrangea les choses. Et la statuette fut recueille par un notaire local, Maitre TOFFART. Il fut d'ailleurs arrêté comme aristocrate et transféré à Béthune, puis à Paris, où il évita l'échafaud grâce à la chute de Robespierre.


  • le 19e et 20e Siècles

  • On note ensuite le passage de Napoléon en 1804, puis de Charles X, enfin de Joffre et de Poincaré le 11 janvier 1915.


  • Mais l'essentiel de l'histoire de LILLERS, au 19ème siècle, réside dans l'industrie de la chaussure. Si on excepte que LILLERS fut le berceau du Général FOULER, comte de RELINGUE, héros de l'épopée Napoléonienne.


  • Les origines de cette industrie, semblent remonter au début du 16ème siècle, au minimum. Grâce à l'excellence des eaux de Lillers pour le travail du cuir? Quoi qu'il en soit, elle prit une grande extension au 19ème siècle. Il semble que les ouvriers et ouvrières, surtout ceux à domicile, furent assez durement exploités, et subirent à plusieurs reprises des crises sérieuses. Il y eut deux grèves imporatantes: l'une en 1894, et l'autre 1908, un an après la fondation du Syndicat nouveau-né. A l'heure actuelle, l'industrie de la chaussure a presque complètement disparu.


  • Au 20ème siècle, il n'est guère besoin d'épiloguer: LILLERS subit, comme une grande partie de la planète, les deux guerres mondiales. Puisse la compréhension et la tolérance entre les peuples faire que l'histoire de notre ville se confonde, dorénavant, avec l'histoire des progrès de l'humanité.


  • Source

    Lillers, Guide d'information touristique et culturelle.(publié vers 1980).
    Edité avec le concours de la municipalité, du Syndicat d'Initiative et des Commerçants.

    Moulins de Charles et Léonce Fardel
    Carte de Cassini

    Cliquez ici pour le site GenCom des Cartes de Cassini


    Haut de Page

    Home Page