BMS de Norrent-Fontes (62)

divider.gif

Retour à la Page d'Acceuil


  1. Norrent-Fontes - Naissances 1737-1802 (PDF)
  2. Norrent-Fontes - Mariages 1737-1852 (PDF)
  3. Norrent-Fontes - Décès 1737-1802 (PDF)

  4. Norrent-Fontes - Naissances 1737-1802 (Excel)
  5. Norrent-Fontes - Mariages 1737-1852 (Excel)
  6. Norrent-Fontes - Décès 1737-1802 (Excel)
> divider.gif
  1. Canton de Liettres. Mariages de l'an VII [AD62 2 MIECR 509/1] (inclue mariages de Norrent-Fontes An 7)
  2. Canton de Liettres. Mariages de l'an VIII [AD62 2 MIECR 509/1] (inclue mariages de Norrent-Fontes An 8)

> divider.gif

Historique

Norrent-Fontes

Norrent: De "nord" + "heim", le "village du nord".
Fontes: De "fons", la source d'eau.

Norrent

-1182 : NORHEM
-1259 : NORHEN (sceaux d'Artois)
-1281 : NORREM (charte d'Artois)
-1294 : NOREM (prieuré de Saint-André)
-XIIIe siècle : NORHAM
-1306 : NOIRENG (charte d'Artois)
-1474 : NORENS
-vers 1512 : NOIREM (Tassart, pouillé)
-1559 : NORRAN (mémoires de la Société académique de Boulogne)
-XVIIe siècle : NORREMUM
-1670 : NORREN-les-AIRE (archives nationales)
-1720 : NOREM
-1739 : NOURENT


Fontes

-1207 : FONTENES (chapitre d'Aire)
-1222 : FONTES (cartulaire de Saint-Barthélémy)
-1386 : FONTES (archives du Nord)
-1615 : FONTENES-lez-AIRE


Temps anciens

Sous les Romains, Norrent s'appelait "Norremum".

Le lieu est nommé Norrem en 1211 puis Norrenc en 1240 dans une donation à l'abbaye de Mont-Saint-Martin.

Le hameau de "Fontes ou Fontenes" est nommé "Adfondenis" dans la donation d'Aroald à Saint-Omer en 654.

Malbrancq rapporte qu'au XVIIe siècle, on a trouvé un sarcophage de pierre blanche avec un vase de forme ronde, scellé au plomb. Des lacrymatoires de verre étaient mêlés aux ossements. À l'époque, pareilles découvertes étaient courantes dans les environs. Les Romains enterraient leurs morts importants le long des grands chemins.

Temps modernes

Après la Révolution, on associera au nom de "Norrent" celui du hameau de "Fontes", le plus peuplé. À l'origine se trouvait le bourg de Norrent et trois hameaux : Fontes, la Goulay et le Malznoi.

Sous Charles Quint, plusieurs habitants du village ont été pendus dans l'église. La raison reste inconnue.

Au au début du XVIIe siècle, l'Artois était encore une province des Pays-Bas espagnols et le théâtre de nombreuses guerres.

En 1651, quand le village dépendait encore de la couronne espagnole, une troupe française venue piller le village a mis le feu à l'église. 142 personnes y étaient réfugiées.

Haut de Page

Home Page